Sermon du Vendredi-Sermon (0015) : Les mœurs de l'épouse croyante.

1974-12-06

Les mœurs de l'épouse croyante :

 Louange à Allah, toutes les créatures glorifient Allah ; tous les visages se sont humiliés en vénération à Sa majesté.
 Je témoigne qu'il n'y a d’autre divinité qu'Allah, l’Unique, Il n’a pas d’associé et je témoigne que Muhammad (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) est Son Messager et Son serviteur.
 Ô Allah, accorde Ta bénédiction et Ta paix à notre maître Muhammad, à sa famille, "Ahl al-Bayt" et à ses compagnons qui sont bons et chastes.
 O frères croyants, dans un hadith transcendant (Qoudssî), Allah, Exalté soit-il, dit :
 "Si Je veux doter le musulman de tous les biens de ce monde et de la vie future réunis, je lui donnerai un cœur soumis, une langue invocatrice, un corps patient face aux épreuves et je le nantirai d’une épouse croyante qui le rendrait heureux rien qu’en la regardant et qui se préserverait elle-même ainsi que son argent en son absence".
 Oh, toi, ma sœur musulmane ! L’épouse croyante n'a rien en commun avec les épouses ordinaires, et ses mœurs sont également différentes. Elle peut être assimilée à un diamant jalousement gardé reconnue pour être affable, féconde, obéissante à son époux ; elle soigne sa maison, se contente de peu, n’exige pas beaucoup (de son mari) ; fait preuve de patience et de reconnaissance. Le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), a dit :

 

((La meilleure de vos épouses est celle qui est prolifique, affectueuse, chaste, dérobée aux regards, humble avec son époux, qui se pare pour lui, vertueuse ; se conforme à ses paroles et obéit à ses ordres à la lettre, de plus, lorsqu’elle se trouve seule avec lui, accède à ses désirs et prend soin de son apparence physique et de sa parure)).

 Ces épouses croyantes qui jouissent de telles mœurs, auront une grande récompense et une place éminente auprès d'Allah. Anas ibn Malik a relaté que le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), a dit :

 

 

((Est-ce que l’une d’entre vous ne se réjouirait-t-elle pas si elle était enceinte alors que son époux était satisfait d'elle, de recevoir une récompense égale à celle qu’obtient un musulman à jeûn, qui accomplit la Salât de nuit et œuvre pour faire prévaloir la Cause d'Allah ? et si elle souffrait des douleurs de l'accouchement, tous les habitants de la terre et ceux du ciel ne saisiraient pas ce qui lui sera réservée comme soulagement ; et si elle accouchait, aucune goutte de lait ne s’écoulerait de son sein et aucune tétée ne se ferait sans que l’on ne lui inscrive un bienfait ; et si elle avait à passer une nuit blanche pour soigner son enfant, elle aurait une récompense qui équivaut à celle de soixante-dix esclaves qu’elle aurait affranchis dans le sentier d'Allah… ô Salama, sais-tu à qui je fais allusion ? Aux chastes, vertueuses, soumises à leurs époux et qui ne se montrent pas ingrates envers ceux-ci)).

 

(AT-Tabarani dans le livre « AL Aousat » selon AL Hassan ibn Sofiane)

  Le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a également dit :

 

((Le bon comportement de la femme vis-à-vis de son époux équivaut à la lutte dans le chemin d'Allah)).

 O frères croyants, les livres traitant de moralité et de biographies rapportent que Ach-Cha'bi rencontra le juge Chouraïh et s’enquit de ses nouvelles : "ô Chouraïh, quelles sont tes nouvelles au sein de ton foyer ? ". Il lui répondit: il y a vingt ans que je suis marié, et depuis lors, aucun évènement ne m’a affligé ni ne m’a attristé ». Ach-Cha'bi s’étonna : "comment cela peut-il être? " Chouraïh lui répondit de nouveau : j'ai demandé en mariage une femme qui descend d'une famille vertueuse ; la nuit de la noce, j’ai discerné en elle la perfection et la probité. Alors, j'ai entrepris d’accomplir deux rakâts pour remercier Allah, Exalté soit-il, de m'avoir donné la grâce d'une épouse vertueuse et sincère. Ayant terminé la Salât, je me suis rendu compte que ma femme elle aussi, me suivait dans cette Salât pour remercier Allah. Lorsque les amis et les proches parents se furent retirés, j'ai tenu sa main mais elle me demanda : attends, ô Abou Oumaya, garde ta place. Puis, elle se leva et se lança dans un sermon : "Louange à Allah, je Le remercie et je demande Son aide, que la salutation soit sur le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), sur sa famille et ses compagnons et je me repens à Allah de tout péché. Et puis, je suis une femme étrangère et je ne sais pas ce que tu aimes et ce que tu détestes, pour cela fais-moi savoir ce que tu aimes pour que je le fasse et ce que tu détestes pour que je l'évite. O Abou Oumaya, tu avais parmi les tiens une femme qui aurait été digne de se marier avec toi, et moi j'avais parmi les miens un homme qui aurait été digne de s’unir avec moi. Cependant, Allah a accompli un ordre qui devait être exécuté, en vertu de quoi je suis devenue ton épouse conformément au livre d'Allah et à la Sunna de Son prophète, je suis devenue tienne selon la loi d'Allah, exalté soit-Il, donc crains Allah et soumets-toi à Ses ordres en me traitant: l’alternative est que tu me traites conformément à la bienséance, ou que tu me libères avec décence. Ceci dit, je demande le pardon d'Allah, Le Majestueux pour nous deux". Ensuite, elle s’assit. Chouraïh continua: dans cette situation, elle m’amena à tenir un sermon à mon tour ; alors je me levai et tins ce langage : "Louange à Allah, je Le remercie et je demande Son aide, que la salutation soit sur Son prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), je demande le pardon d'Allah de tout péché. En effet, tu as dit des paroles que, si tu observes à la lettre, constitueront pour toi des provisions et une grande récompense et un mérite incomparable ; mais si tu les négliges, elles consitueront un argument contre toi. En vérité, j'aime tel et tel, et je déteste tel et tel. Si tu découvres en moi une bonne qualité essaie de la divulguer et si tu décèles un vice cherche à le voiler. Ensuite, elle m’interrogea à propos de la fréquence des visites à nos deux familles. Je lui répondis que les visites que nous leur ferons seront espacées ; de sorte qu’elles n’auront pas à nous subir trop fréquemment. Dans l'honorable hadith, on lit :

 

((visite les gens par intervalles, tu seras aimé davantage)).

 Qu’Allah fasse miséricorde à celui qui a dit : « Fais-toi moins fréquent et rends visite aux gens rarement, tu n’en seras que davantage aimé ; car celui qui multiplie ses visites, souffrira de l’ennui ». « Tu seras obéi, agréa-t-elle: je suis à ton service »…Et, revenant à la charge, elle m’interrogea : « Lesquels parmi tes voisins, aimes-tu assez pour que je puisse permettre à leurs femmes d'entrer dans ta maison ? Et lesquels parmi eux tu n’es pas en accord pour que je limite l’accès de leurs femmes à ta maison » ? Je répondis : « telle famille est bonne et telle autre l’est moins».
 Une année entière passa puis un certain jour, en rentrant du conseil de justice, je trouvai ma belle-mère chez nous ; je l’accueillis chaleureusement, elle me questionna : ô Abou Oumaya, comment ta femme se comporte-t-elle avec toi ? Je lui répondis : elle est la meilleure des épouses, louange à Allah.
 Ma belle-mère avait appris de sa fille que celle-ci menait une vie aisée et heureuse. Alors sa mère m’avisa: ô Abou Oumaya, il n’y a de pire femme que celle qui est trop gâtée. Les hommes ne peuvent trouver pire qu’une femme gâtée. Corrige-la autant que tu veux, apprends-lui les règles de bienséance à ta guise. Puis, se tournant vers sa fille, elle l’ordonna de se plier aux ordres. Vingt ans se sont écoulés durant lesquelles je n’ai eu à me plaindre qu'une seule fois ; et encore c'est moi qui étais injuste.

 

 O frères croyants, ainsi doit se comporter la femme musulmane. Le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit dans un hadith relaté par Tamim Ad-Dari :

((La femme musulmane se plie au serment prêté par son époux, se soumet à ses ordres ; Elle ne doit ni sortir de chez elle sans sa permission ni faire entrer dans sa maison ce qui lui répugne)).

[At-Tabarani dans « al-Mu’jam al-Awsat »].

 D’après Abd Allah ibn Amr ibn al-As, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père, le Messager d’Allah (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :

 

((Allah ne regarde pas la femme qui ne remercie pas son époux au moment où elle ne peut se passer de lui)).

 

 

[Al-Hakem dans son « al-Mustadrak »]

 O frère croyant, que tu sois jeune homme, époux ou père; si tu es jeune homme, cherche une femme croyante, et ne cède pas à la séduction de la beauté de la femme vicieuse, car elle corrompra ta vie dans ce monde et dans la vie future. "Méfie-toi de la belle femme dont la terre est pourrie, dit l’adage: On a interrogé le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) à ce sujet: qui est cette femme, ô Messager d'Allah ? il répondit :

((c'est la belle femme née dans un milieu pourri))

 Allah, Exalté soit-il, dit :

 

(Et n’épousez pas les femmes associatrices tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu’une associatrice même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d’épouses aux associateurs tant qu’ils n’auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu; tandis qu’Allah invite, de par Sa Grâce, au Paradis et au pardon Et Il expose aux gens Ses enseignements afin qu’ils se souviennent !)

 

Coran 2 ; AL-BAQARAH (LA VACHE): 221.

  Si la femme dont la beauté t'enchante, te traite mal, tu ne verras plus sa beauté, mais tu t’apercevras de sa malignité, de sa ruse, de sa haine et de son orgueil. Sache que le monde ici-bas tout entier n'est qu'un loisir dont le meilleur est la femme vertueuse. Après la foi, la meilleure chose pour le croyant, c'est la bonne épouse. Abû Houraïra, qu’Allah soit satisfait de lui a relaté que le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :

 

((on se marie avec une femme quelconque pour quatre raisons : son argent, sa famille, sa beauté et sa religion. Choisis celle pour sa religion, tu t’éloigneras du mal)).

 

 

[Muslim]

 Anas ibn Malik, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté avoir entendu le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) dire :

 

((Celui qui se marie avec une femme pour sa gloire, Allah le rendra plus humble ; Celui qui se marie avec une femme pour son argent, Allah le rendra plus pauvre, et celui qui se marie avec une femme pour le rang de sa famille, Allah le rendra plus bas. Alors que celui qui se marie avec une femme uniquement pour baisser le regard devant l'illiauthor, pour préserver sa pudeur et renforcer les liens de parenté, Allah accorde Sa bénédiction au couple)).

 

[Al-Boukhary dans son Sahih]

 Frère croyant, si tu es un époux et tu veux améliorer le caractère de ton épouse, commence par ta propre personne, encourage ton âme à suivre le chemin droit, à être chaste et vertueuse. Puis traite ta femme en conséquence, passe outre ses vices et évite de la maltraiter, et puis, cherche à lui consacrer de ton temps pour lui apprendre la vérité de la foi, le concept crucial de l'islam, certaines sourates coraniques, quelques récits et évènements de la vie de notre prophète et de ses vénérables compagnons, ordonne-lui d’accomplir la Salât et fais preuve de patience à son égard ; ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle te rendras heureux, te préserveras comme tu as su si bien la préserver, n’oublie pas que l’indulgence est la meilleure des qualités. Retiens-toi de détruire en un seul jour ce que tu avais bâti durant un mois, estime ton épouse et garde-toi de la mépriser car elle te méprisera pas (dans ces conditions).
 Le Messager d’Allah –qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :

 

((L'estime de l'homme envers son épouse augmente de sa chasteté)).

 O frère croyant, si tu es un père, élève tes filles selon ces mœurs, pour qu'elles soient un rempart pour toi contre le Feu. Le prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :

 

 

((Celui qui a deux filles, qui les élève bien jusqu'à ce qu'il les donne en mariage ou qu'il meurt avant de les avoir mariées, elles seront un rempart pour lui contre le Feu)).

 O frères, telles sont les mœurs de l'épouse croyante, et je souhaite avoir l'occasion dans un sermon prochain, de parler des caractères de l'époux croyant qui mérite cette épouse croyante.
  Chers frères croyants, faites vos comptes avant d’avoir à les rendre le Jour du Dernier Jugement ; raffermissez vos liens avec votre Seigneur, vous vivrez le bonheur ; sachez que l’ange de la mort nous a dépassés vers d’autres, viendra le jour où il dépassera les autres pour nous ravir nôtre âme, prenons nos précautions et sachez que

 

((la personne perspicace est celle qui dompte ses passions, se juge soi-même et s’active pour après la mort ; alors que la personne malavisée est celle qui se livre à ses passions et se contente de s’adresser à Allah en formulant des vœux)).

 

 Louange à Allah, Seigneur de l’univers.

Deuxième sermon :

 Louange à Allah, Seigneur de l’univers, j’atteste qu’il n’y a d’autre divinité à part Allah, l’Allié des vertueux et j’atteste que notre maître Muhammad est Son serviteur et Son Messager qui se distingue par sa moralité éminente.

 

L’invocation :

 

 O Allah guide-nous parmi ceux que Tu as guidés ; préserves-nous contre tout mal parmi ceux que Tu as préservés ; Prends-nous en charge parmi ceux que Tu as pris en charge ; Bénis les grâces dont Tu nous as fait don ; Épargne-nous le préjudice dans tout ce que Tu as décidé pour nous ; Tu es Seul à décider du juste et nul autre que toi ne peut en décider ;
 O Allah, favorise-nous de Tes dons et ne nous en prive pas ; Rends-nous honneur et ne nous humilie pas ; Fais que nous soyons satisfaits et accorde-nous Ta satisfaction ; O Allah, épargne notre amour-propre par l’aisance et ne nous humilie pas par la gêne afin de ne pas demander l’aumône aux plus méchantes de Tes créatures, de ne pas nous voir obligés de louer celui qui nous a fait l’aumône et de blâmer celui qui s’est retenu de nous en donner ; Tu es Le Seul qui fait les dons, Tu possèdes à Toi Seul les trésors de la terre et du ciel.
 O Allah guide-nous à faire les œuvres pies, Tu es Seul à y guider, épargne-nous de faire les œuvres impies, Tu es Seul à nous en épargner.