Au Nom d'Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

Gestes de la Salât :

   Il est une recherche assez intéressante qui traite des gestes effectués durant la Salât en expliquant qu’ils excitent tous les muscles et toutes les articulations ; ces gestes sont considérés comme étant à la base des exercices de gymnastique appropriés à la fois aux enfants et aux adultes, …

… aux femmes aussi bien qu’aux hommes à tel point qu’aucun expert en matière de gymnastique ne se trouve à la hauteur d’organiser un seul exercice qui serait adapté à tous les individus, quels que soient leurs âges et leurs sexes, un exercice qui ferait mouvoir tous les membres ainsi que toutes les articulations du corps en un temps relativement court à l’image de la Salât.

Les études médicales ont certifié que les gestes effectués durant la Salât sont des plus bénéficiaires à ceux qui viennent de subir une intervention chirurgicale pour le traitement d’une

  Compression de la colonne vertébrale ainsi que des plus favorables pour les aider à reprendre leurs activités quotidiennes.  

La Salât est un ensemble d’exercices de gymnastique :

   Un médecin qui soignait un de mes proches qui souffrait d’un caillot sanguin cérébral, m’a dit une fois : « parlez-lui » ; or, je n’avais pas pu saisir la portée de cette directive sur le coup, il a alors repris en m’expliquant : « l’homme se trouve dans l’obligation de répondre à la question qu’on lui pose, ce qui entraîne forcément une activité dans son cerveau, à ce moment-là, le cerveau se trouve nourri d’un flux sanguin supplémentaire ». Puis il a ajouté : 

   « L’organe qui n’arrête pas de remplir ses fonctions ne peut jamais s’atrophier, par conséquent la personne qui aura géré son temps dans le savoir et les sciences préservera sa santé mentale contre la démence et le zheimer, il ne s’agit pas d’une règle absolue, non, elle ne sera sujette de démence que très rarement, car son cerveau n’a jamais arrêté de travailler ».

Le Musulman accomplit la Salât du Duhr (de midi), il récite des versets de Coran à la première et à la deuxième Rak’a au terme de la récitation de la Fatiha ; quant à la troisième et à la quatrième Rak’a il ne récite que Sourate al-Fatiha. De même, il prend la posture assise à la deuxième Rak’a. Donc la Salât est une suite d’activités ininterrompues et la récitation du Coran préserve le Musulman de toute possibilité de détérioration de la santé mentale. 
    En vertu de quoi, quiconque mène une vie saine dans sa jeunesse gardera sa force le restant de ses jours. Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) dit dans un hadith bien que classé en tant que faible : 

« Allah préserve la raison à celui qui apprend le Coran, et ce, sa vie durant »
   Tu es à l’abri de la détérioration de ta santé mentale ; abu Houraïra (qu’Allah soit satisfait de lui) a rapporté un hadith du Messager d’Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) dans lequel il dit :
   (( Hâtez-vous de faire de bonnes œuvres avant d'en être empêchés par l'une des sept choses auxquelles vous devez vous attendre :  une pauvreté qui vous préoccupe tellement qu'elle vous

pousse à l'oubli.  Une richesse qui vous rend arrogant.  Une maladie ruinant votre santé. Une vieillesse affaiblissant votre esprit.  Une mort subite ou l'arrivée de l'Antéchrist et c'est le pire de ce que peut vous cacher l'avenir.  L'arrivée de l'Heure... et l'Heure est plus mortelle et plus amère encore )).

At-Tirmidhi, Ahmad

Le culte du pèlerinage est également un exercice physique pour le corps :

   Les pratiques cultuelles durant le pèlerinage constituent des exercices physiques avantageux pour le corps, elles comprennent le déplacement perpétuel, la marche d’un pas rapide en portant la même tenue vestimentaire et en menant une vie plutôt rugueuse.

A bien observer les rites du pèlerinage on constate qu’il s’agit d’un cycle sportif de haute qualité ; le pèlerinage nous rappelle le dernier voyage, celui de la mort, car au fond, le pèlerinage n’est que l’avant-dernier voyage dans la vie.A savoir que la vie du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam), la formation de ses compagnons, la mise au point de la loi islamique impliquent une anticipation assez nette qui recouvre l’éducation physique moderne laquelle est pratiquée de nos jours dans tous les pays avancés.

Lors d’une visite à Washington, j’ai remarqué que très tôt le matin, les gens pratiquent la marche sportive, serait-ce individuellement ou en groupe ; leur prise de conscience en matière de sport est assez remarquable.  

Pour quelles raisons les Musulmans sont-ils faibles au moment où leurs ennemis sont robustes ? Parce que ces derniers jouissent d’une aptitude physique extraordinaire.
   Chers frères, nous vivons aujourd’hui un nouveau terme, celui précisément de la médecine sportive, l’une des nouvelles spécialités. Il suffit en cette médecine de pratiquer le sport d’une façon ou d’une autre ; une fois les quarante ans passés, la marche sportive à un rythme soutenu sera suffisante à elle seule pour renforcer les muscles du cœur.

Honorables frères, je n’aimerais pas aller plus loin dans ce sujet car il suffit de rappeler que nos pratiques cultuelles constituent déjà un entraînement physique. Le seul fait de pratiquer la marche active quotidienne est un sport en soi. Le seul fait de choisir une nourriture adéquate est un sport en soi. Le seul fait de prendre bien soin de notre santé est un sport en soi.

J’aimerais vous souffler un mot : votre santé ne vous appartient pas, elle appartient à votre épouse, à vos enfants, à vos frères croyants, à la société musulmane ; vous êtes un être humain supérieur et expert, vous rendez un service énorme aux Musulmans, ce qui explique que vous n’êtes pas le seul à pouvoir disposer de votre santé.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers