Au Nom d'Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

Question :

   Docteur Mohammad Rateb an-Nabulsi,
   Assalamu Alaykum wa Rahmat Allah wa Barakatuh,
   Quelle est la sentence relative au hadj par procuration et est-ce que le Messager d’Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a énoncé ce type de hadj ?
   Au cas où le hadj par procuration est légitime, comment peut-on le mettre en relation avec le hadith du Messager d’Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) : 

((Lorsque le fils d’Adam meurt, toutes ses œuvres s’arrêtent hormis trois…)) 

Mouslim 

   Est-ce que les enfants du défunt doivent accomplir le hadj pour lui ou alors doivent-ils mandater quelqu’un pour qu’il l’accomplisse à leur place ?
Prière d’expliquer ce point en détail autant que possible.

   Puisse Allah vous récompenser

Réponse : 

   Au Nom d’Allah Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux. 
  Que la paix et le salut soient sur notre guide Mohammad, le véridique qui croit en la promesse d’Allah. 
  Assalamu Alaykum wa Rahmat Allah wa Barakatuh,

   Le hadj pour quelqu’un d’autre, dit aussi le hadj par procuration, est de deux types :
   1.    Le hadj de la progéniture (les fils du défunt, ses filles et leurs progénitures : filles ou garçons) pour leurs parents (père, mère, aïeuls et aïeules). Il fait l’objet de l’unanimité des savants et n’a jamais prêté à controverse ou divergence entre eux et ce, en raison des hadiths explicites et authentiques auxquels ils se sont référés, tel que le hadith suivant rapporté par ibn ‘Abbas (qu’Allah soit Satisfait d’eux) :

   Une femme de la tribu de Khath’âm dit : Ô Messager d’Allah, l’obligation d’accomplir le hadj prescrit par Allah à Ses serviteurs s’applique à mon père, mais celui-ci est un vieillard âgé qui ne peut se tenir sur sa monture. Dois-je accomplir le hadj à sa place ? « Oui », répondit-il. 
   2- Le hadj à la place d’autres personnes que les parents. Ce type fait l’objet de divergence d’opinions ; certains savants jugent cela comme permis par analogie, alors que d’autres l’interdisent en se référant aux hadiths explicites et en partant des règles générales qui prescrivent que les cultes d’adoration ne peuvent être mandatés à défaut de l’intention formulée par la personne concernée. 
   L’Imam Mâlik, qu’Allah lui fasse miséricorde, quant à lui, concilie ces deux opinions car il a permis le hadj par procuration à la place de la personne décédée à condition que celle-ci l’ait demandé avant de mourir en considérant cela comme une intention formelle de sa part.   Nous espérons que cela soit le bon choix, si Allah le veut bien.

   Il n’y a aucune contradiction entre ce qui a été dit et le hadith de la femme de Khath’âm, car il constitue une exclusion d’un cas général.

   Il convient à ce niveau de rappeler et de confirmer que le hadj pour autrui, que ce soit à la place des parents ou d’autres personnes, est conditionné par le fait que la personne décédée ne s’est pas retenue d’accomplir le hadj par négligence de sa part et qu’elle avait une excuse valable et légitime pour délaisser cette obligation bien qu’elle en ait eu les moyens de son vivant.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers