Mode sombre
16-07-2024
Logo
Education islamique : L'éducation des enfants dans l'Islam 2008-Leçon (07-36) : L'éducation sociale : Le phénomène du langage grossier.
   
 
 
Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux  
 

  Louanges à Allah Le Seigneur de L'Univers, Bénédiction et Paix sur Le Prophète Le Probe, L'Honnête ; O Allah, fais-nous émerger des ténèbres de l'ignorance et de l'illusion aux lumières de la connaissance et du savoir, de la fange des désirs à La Djannah du Voisinage.
  Chers frères, on est arrivés à la leçon 7 qui traite l'éducation des enfants dans L'Islam, comprenant l'éducation sociale.

Le père vaillant s'attribue les fautes de ses enfants :

  On a déjà parlé du mensonge en tant qu'un aspect social assez grave dans la famille, de même que le vol. J'ai cité alors les raisons indirectes qui poussent l'enfant à voler des choses de son père et de sa mère sans leur permission.
  À présent, on va parler du langage incorrect que le jeune homme adresse à ses parents qui prennent soin de lui, des mots grossiers, obscènes , vulgaires, des termes qui blessent la pudeur, des injures, des termes de malédiction, des termes de bassesse, et blessants.
  D'abord, le père vaillant-comme je l'ai déjà dit dans une introduction-c'est celui qui prend sur soi les fautes de ses enfants. La même idée est valable pour la mère aussi. Tout ce langage se reflète sur l'ambiance familiale, l'ambiance routière et l'ambiance scolaire.
Imagine une maison dont le père probe ne permet de prononcer aucun mot incorrect, aucun mauvais mot. Toute mention impudique est prohibée, les plaisanteries de mauvais goût sont interdites. Puisque cet enfant a grandi dans une maison disciplinée, comment prononcera-t-il des mots vils ?

Les principales causes qui incitent l'enfant à proférer un langage indécent :

L'ambiance de la maison :

  Chers frères, La première vérité annonce que la cause se trouve dans l'atmosphère de la maison. Un père coléreux, dans ses moments de courroux, blasphème la religion ;  son fils qui l'entend, risque de l'imiter.

  Quand le père se met à dire des blagues viles, il désigne les organes génitaux par leurs noms, son fils, à l'écoute, finit par répéter les mêmes termes.
  Je vous dis franchement que dans une maison probe, les enfants répugnent d'utiliser le langage vil. Le fait de contrôler sa langue se rapporte à la plupart des bonnes mœurs. O, Messager d'Allah, nous blâmera-t-on sur nos dires ? Il dit alors, salla Allah alyehi wa sallam à Mouaz :

((Que ta mère te perde !  que ne seront-les gens jetés dans la Gehenne,  sur leur face, à cause de leur langue ?))

d'après Mouaz Ibn Jabal.

((La Foi du serviteur ne se confirme que lorsque la probité de sa langue engendre celle de son cœur.))

d'après Anass Ibn Malek.

  Par Allah L'Unique, je connais des gens que vous pouvez fréquenter cinquante ans pendant lesquels  ils ne risquent d'émettre  aucun mot vil ou obscène  ! On souhaite que les pères, mères et professeurs comprennent bien cela.

Il nous incombe d'employer toujours des expressions fort courtoises :

  Nous allons aborder le fond des choses. Mohammed Salla allah Alayhi Wa sallam a rendu visite à sa fille Fatimah qui était souffrante.
  -Qu'as-tu O, ma fille ?
  -De la fièvre ! Qu'elle soit maudite !
  -Ne la maudis pas ! Par Allah Qui détient ma vie, elle est une souffrance rédemptrice qui ne laisse aucune erreur  au croyant !
  Ne prends pas l'habitude de maudire à tort et à travers en présence de tes enfants, ne maudis ni l'heure, ni les gens.

((Le croyant ne peut incriminer, ni maudire, ni se livrer à la fornication, ni prononcer de langage indécent.))

d'après Abed Allah Ibn Mass'oud.

  Les dires Du Messager d'Allah ne renferment pas de malédiction ''Ne la maudis pas''. 
  La fièvre est rédemptrice et ne laisse aucune faute au croyant.
  Épargne-toi de maudire, utilise des expressions très correctes et courtoises. Où est …….. ? –Dans la salle de bains. Il renouvelle ses ablutions. Chez lui, il reste en sous-vêtements, ce terme est décent, n'emploie jamais de mots discourtois.
  Il faut toujours utiliser des expressions décentes, même pour indiquer des endroits qu'il est incorrect de nommer.

Le croyant ne doit pas mentionner de mots qui évoquent la passion :

  Le Prophète Salla Allah Alayhi Wa sallam n'utilise guère dans son langage des termes évocateurs de Passion, Assma'a est entrée chez Lui en vêtements  légers, Il lui dit : O,fille, ces vêtements décrivent le volume de tes os, le mot( os) ne se rapporte guère à la passion, ces vêtements décrivent le volume de tes os. C'est tout.

((si vous avez touché à des femmes))

Coran 04 Les Femme A'Nissa'a  43.

  Y a-t-il de mots plus décents et qui n'excitent pas l'imagination d’un petit enfant ?

((si vous avez touché à des femmes))

Sourate A'Nissa'a/43

 ((et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à une terre pure)) 

((si vous avez touché à des femmes))

  est révélateur, mais  les petits n'y comprennent rien. C'est Le Coran.

((et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse))

Sourate Al A'araf/189.

((celui-ci eut cohabité avec elle)) ((si vous avez touché à des femmes))
((5. et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], 6. si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent (3), car là vraiment, on ne peut les blâmer ; 7. alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs ))  

Coran 23 Sourate Al Mou'minoun (Les Croyants)

  Toutes sortes d'inversions sexuelles, que les gens désignent par des mots indécents, Le Coran y fait allusion

((qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs))

Sourate Al Mou'minoun.

  Une femme est venue se plaindre de son mari ( Observez - bien sa courtoisie), elle a dit : O, Émir des croyants, mon mari jeûne le jour et accomplit la Salât la nuit. Omar était distrait, il lui dit : Qu'Allah vous bénisse ton mari et toi ! Ali qu'Allah soit Satisfait de lui, dit : Elle se plaint de son mari, elle ne chante pas ses louanges ! Mon mari jeûne le jour et  accomplit La Salât la nuit. On n'a pas de relations  conjugales.

Lorsque les paroles prononcées à la maison sont bien triées, l'enfant n'apprend que la courtoisie :

  Chers frères, une des femmes des compagnons est entrée  chez Aicha en vieux vêtements, quand celle-ci l'interroge, elle répond : Mon mari jeûne le jour et accomplit La Salât la nuit. 
  Le Prophète Salla Allah Alayhi Wa sallam  a fait venir son mari et lui a dit : Ta femme a des droits que tu dois satisfaire.
  Le lendemain, elle vient fraîche et parfumée.
  -Que s'est-il passé ? Écoutez la pudeur des femmes musulmanes.
  -On a eu notre part comme tout le monde.
  Par Allah, Exalté Soit-Il, on peut apprendre des paroles des compagnons qui ont vécu mille quatre-cents ans auparavant, les plus hauts degrés de courtoisie et de finesse, ils ont parlé de tout, mais en utilisant des termes pudiques, polis, et avec des métaphores très subtiles. Toi, mère, et toi, père, triez vos paroles, choisissez les termes les plus probes, les petits enfants n'apprendront alors que la finesse et la politesse.
 Le niveau mental des parents se voit non par les diplômes qu'ils ont obtenus, mais à travers le niveau éducatif de leurs enfants. Il y a des enfants qui ne passent pas inaperçus !
  Il y a peu de temps, je distribuais, pour chaque enfant qui accompagnait son père, après le sermon de vendredi, une friandise, pour l'encourager.   Quelques-uns refusaient  par dignité, et j'avais de la peine à les persuader de l'accepter, j'en demandais l'aide du père.
  Cela signifie qu'il avait reçu une éducation très éminente à la maison ; d'autres, la prenaient en me remerciant ; un troisième à cinq mètres, ne fixait que le morceau de friandise qu'il prenait et s'en allait ; une quatrième catégorie, les enfants venaient et revenaient trois ou quatre fois, la dernière catégorie, qu'Allah Exalté Soit-Il, plus grands de taille que moi, ils venaient me demander ou était leur part ? La première élite, seule, avait reçu une éducation parfaite, elle avait, comme les autres envie de la friandise, mais leur amour-propre et leur éducation leur interdisaient de faire le moindre geste.

Quiconque conversant avec quelqu'un, doit s'abaisser à son niveau, et non montrer qu'il se distingue de lui par les mots employés :

  Parmi les paroles Du Prophète Salla Allah Alayhi Wa sallam :

(Injurier le musulman manifeste de l'immoralité ; le combattre dénote une mécréance.)

d'après Al Boukhary.

  Il t'est  possible de converser avec quelqu'un pendant dix heures, sans articuler aucun mot dur, et sans le blesser. L'entretien  peut se prolonger dix heures de suite en utilisant un vocabulaire très courtois. Si tu imagines le contraire, ou si tu ne comprends pas, j'ai mes preuves. L’expression  : « mais tu ne comprends pas » est vexante ; « je détiens une preuve de mon opinion différente de la tienne »

 Prenez en exemple l'imam A'Chafi'i :
  '' J'ai raison, pourtant il se peut que je sois fautif ; mon interlocuteur a tort, mais pourrait avoir raison.'' 
  N'adopterez-vous pas La Méthodologie Du Prophète Salla Allah Alayhi Wa sallam à ce propos ? Allah, Exalté Soit-Il Qui Lui a révélé Le Coran, dit :

((C’est nous ou bien vous qui sommes sur une bonne voie))

Coran 34 Saba'a/24.

  Je veux dire que lorsque tu converses avec quelqu'un, garde-toi de lui insinuer que c'est toi seul qui es savant, et lui est ignorant ; il faut t'abaisser à son niveau, et ne point le traiter d'un air hautain :

((C’est nous ou bien vous qui sommes sur une bonne voie))
((ou dans un égarement manifeste». 

Coran 34 Saba'a/24.

  Disons que la raison est une balle qui est de mon côté ou du tien, on va dialoguer et  voir qui a raison.
  Un Musulman Turc a donné une interprétation à Ce Verset :

((7. Par le ciel aux voies parfaitement tracées !) )

Coran 51  A'Thariate.

  Il a dit : Le ciel, c'est tout ce qui est au-dessus de ta tête, ''That'' = « aux » nous le connaissons, mais vous non ! ''Al Houbok'' nous ne le connaissons pas mieux que vous, nous les savants, qu'en est-il de vous les ignorants ?

Toute personne doit disposer du même niveau que son interlocuteur :

  On donne parfois des directives extrêmement dures, des évaluations fausses, on traite les gens avec dédain. Essaie toujours d'être au niveau de ton interlocuteur. Allah, Exalté Soit-Il dit :

((Et discute avec eux de la meilleure façon))  

Coran 16 Les Abeilles (A'Nahel)125.

   S’il existe mille expressions correctes, tu dois choisir la plus correcte, la meilleure de toutes.

((125. Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur.))  

  Durant le discussion règne  une certaine inimitié. Les idées sont reliées à la dignité de l'homme, essaie donc d'adopter la Méthode Coranique dans les directives que tu donnes :

(Et discute avec eux de la meilleure façon)

(C’est nous ou bien vous qui sommes sur une bonne voie, ou dans un égarement manifeste».)

Coran 34 Saba'a 24.

  Dans un autre Verset :

25. Dis : «Vous ne serez pas interrogés sur les crimes que nous avons commis, et nous ne serons pas interrogés sur ce que vous faites».

  Qu'en dites-vous ? 

((Vous ne serez pas interrogés sur les crimes que nous avons commis)) 

  Est-ce-que L'Exhortation Du Messager est  un crime ?

((et nous ne serons pas interrogés sur ce que vous faites»)) 

  Dans Le Premier Verset, les deux côtés sont égaux, tandis que le deuxième Verset est d’une extrême modestie. Telle est La Méthodologie Coranique lors de l'entretien avec l'autre. Alors que l'attitude dédaigneuse, les injures, les accusations et les mots durs provoquent des inimitiés qui n'en finissent pas.
  Tant que le serviteur s'humilie, Allah Exalté Soit-Il l'élève haut, par contre tant qu'il s'enorgueillit, Allah Exalté Soit-Il l'humilie :
N'aimerais-tu pas découvrir La Courtoisie du Coran ? Le Messager Youssof  a dit :

((Et Il m’a certainement fait du bien quand Il m’a fait sortir))

Coran 12 Youssof/100.

  Où était-il ? Au fond du puits, puis en prison. Où courait-il le plus de danger ? Quand Il était dans le puits pour sûr ; Il risquait d'y périr. Alors qu'en prison, sa vie était  garantie bien qu'il ait perdu la liberté. 

((Et Il m’a certainement fait du bien quand Il m’a fait sortir de prison))

Coran 12  Youssof/100. 

  Pourquoi n'a-t-Il pas cité '' le puits'' ? S'Il l'avait cité, Il aurait rappelé à ses frères leur mauvais acte, Il a désiré passer outre, Il a dit :

(( Et Il m’a certainement fait du bien quand Il m’a fait sortir de prison))

  Il s'est exempté de parler des manigances que se frères ont complotées pour mettre fin à sa vie, Il a cité :

((après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et moi ))

Coran 12  Youssof/100.

  Dans Ce Verset, Il les a disculpés, et a accusé le diable qui selon lui, les a discriminés ses frères et lui. Or la vérité n'est pas ainsi, pourtant vous connaissez tous la diplomatie du dialogue, à mesure que l'homme s'anoblit, son discours augmente de distinction.
  Un des grands Ulémas égyptiens mort-qu'Allah lui accorde Sa Miséricorde-est parti en Angleterre pour se faire opérer des yeux, il a reçu des dizaines de milliers de lettres, chose étonnante, la radio anglaise a fait une interview avec lui,  le speaker l'a interrogé sur le rang qu'Allah, Exalté Soit-Il lui a alloué, il a gardé le silence, s'est excusé, il a essayé d'échapper à la question, et quand le speaker a insisté, il a répondu de façon évasive : Parce que je suis le protégé d'Allah, Exalté Soit-Il. Une expression modeste et courtoise.
  Il n'a pas dit : Parce que je suis savant, c'est lourd à prononcer ! Plus le serviteur s'humilie, plus Allah Exalté Soit-Il le relève et vice-versa. Youssof s'est montré infiniment doux et gentil envers ses frères.

((après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et moi))

Le véritable musulman épargne de causer du tort aux musulmans par ses paroles ou ses mains :

(( Maudire ses propres parents est le plus abominable des vices)).

d'après Al Boukhari. 

  Rares sont ceux qui maudissent leurs propres parents, mais quand tu causes du tort aux gens, ce sont eux qui te les maudissent. Rappelez-vous Ce Hadith :

((Le véritable musulman épargne de causer du tort aux musulmans pas ses paroles ou ses mains.))

d'après Abou Hourayrah.

  Ce qui revient à dire que la renommée des musulmans a été sauvée de sa langue ou de ses mains.

Une personne raisonnable doit réfléchir à chaque mot avant de le prononcer :

  Chers frères, il existe des Hadiths Qui t'anéantissent :

((Le serviteur prononce des mots insensés  auxquels il ne prête pas attention qui le précipitent  dans la Gehenne soixante-dix  automnes.))

d'après Abou Hourayrah.

  Un certain frère a rendu visite à sa sœur qui était la plus heureuse des femmes, entichée de son mari, et satisfaite de la vie qu'elle menait à ses côtés.

Le frère commence à lui empoisonner les idées :

 -Quelle maison exigüe ! Pourquoi la révolter contre son mari ? Pourquoi avoir dit ces mots insensés ? Elle s'est rendu compte de la dimension de sa maison, les critiques venimeuses de son frère commençaient à ruminer dans sa tête, ça lui a fait mal, car ses sœurs habitent dans des maisons beaucoup plus grandes ! Lorsque son mari est rentré, elle avait une mine renfrognée, il l'a interrogée, mais elle a gardé le silence, il s'est alors fâché. Cette dispute peut s'aggraver et finir par le divorce ! Le frère qui a dit ces mots

((le précipitent dans la Gehenne soixante-dix automnes.))

Je te préviens, si une femme est mentionnée en ta présence :

(( Calomnier une femme pudique détruit les bons actes de cent ans))

d'après A'Tabarani.

((Le serviteur prononce des mots insensés auxquels il ne prête pas attention qui le précipitent dans la Gehenne soixante-dix automnes.))  

d'après A'Tirmithi.

  Pendant les rencontres, les visites, et les soirées, les gens médisent de telle ou telle femme, ils la décrivent des plus mauvais qualificatifs. Quand notre mère Aicha a décrit que sa sœur Safia était petite, Mohammed Salla Allah Alayhi Wa sallam a dit : O, Aicha ! Tu as dit un mot qui, s’il était mélangé avec l'eau de la mer, l'aurait gâtée !

Le père et la mère probes s'entretiennent toujours de la bonne conduite, des bonnes mœurs et de la religion :

  Chers frères, dans la maison se trouvent plusieurs sœurs, de différentes apparences, l'une peut être fort charmante, l'autre d'un aspect banal. Toute la famille chante les louanges de la belle et la compare à sa sœur qui l'est  beaucoup moins. Ceci peut rendre la beauté comme critère, ce qui provoque des complexes chez la moins belle, qui altèreront tout son avenir.
  Les parents probes ne se lassent pas de parler des bonnes mœurs, de la religion, de la perfection, de la communication d'avec Allah, Exalté Soit-Il, et des attitudes de sagesse. En vérité, l’échange que les parents ont avec leurs enfants est fondé sur la probité et les nobles mœurs.
  Je vais vous relater l'histoire d'Ahnaf Ibn Qays brun, petit de taille, il avait la mâchoire inclinée, les joues saillantes, les yeux creux, le pied tordu à l'intérieur, il rassemblait toutes les laideurs en sa personne. Pourtant, il était le maître de son peuple, cent-mille épées le soutenaient quand il se mettait en colère, sans l'interroger pas sur la raison de son courroux, tellement il était vénéré et obéi. Il était probe à tel point que s'il avait la certitude que l'eau pourrait altérer son honneur, il se dispensait d'en boire.
  Si dans la maison, on soulève les sujets de l'héroïsme, de l'application, de la persévérance, de l'apprentissage, de la vertu dans l'accomplissement des Salâts, surtout celle de la nuit, du Coran, les filles naturellement vont s'attacher à leur père et mère.
  Mais au cas où le discours tourne autour de la beauté, celle qui est moins charmante va se sentir troublée et complexée. Le père est appelé à prendre ce point en considération.

Soyez équitables et répandez l'affection de façon égale entre tous vos enfants :

  Croyez-moi, chers frères, il est regrettable de distinguer entre vos enfants selon leurs capacités et aptitudes ; surtout si un enfant dépasse son frère par son intelligence éminente, ou par son visage radieux. Les parents croyants ne font pas de préférences entre leurs enfants ni dans les regards, ni en embrassades et caresses. On voit alors celui qui a des capacités moindres, remporter la victoire sur lui-même, et éviter de s'avouer vaincu ! Mais s’il y a des inégalités dans les attitudes, on sourit à l’un et on snobe l’autre, avec le temps, ça engendre des complexes chez ce dernier.

  J'insiste à vous dire jusqu'à la dernière de ces leçons, que les fautes, les complexes, l'incompétence, la régression, la déviation, et les maladies dont souffrent les enfants proviennent toutes des erreurs que commettent leurs parents. La paternité te met face à tes responsabilités. Tu peux avoir des enfants adorables qui se dévouent à t'obéir.

Sois témoin, O Messager d'Allah, que j'ai alloué un jardin à mon fils.
  -As-tu d'autres enfants ?
  -Oui.
  -Tu leur as fait le même don ?
  -Non.
  -Alors demande le témoignage d'un autre ! Je ne témoigne point d’une injustice !
  L'équité, l'affection, les sourires, les câlins, doivent être partagés entre vos enfants de façon égale. Celui qui prête attention à ces détails minutieux, bénéficiera d’une grande réussite.

Il incombe au professeur de changer les prénoms risibles de ses élèves pendant l'année scolaire :

  Je m'adresse aux professeurs qui prennent l'initiative d'appeler leurs élèves par des pseudonymes, vu leurs prénoms qui prêtent à la moquerie.
Quand le Messager d'Allah Exalté Soit-Il a interrogé un compagnon sur son prénom et qu'Il l'a trouvé risible, Il lui dit : Tu es Zayd Al Kheyr et non pas Zayd el Khayl.
Beaucoup de professeurs changent les prénoms de leurs élèves parce qu'ils le jugent singuliers. Certains noms de famille sont même étranges,  en tant que professeur laisse donc tomber cette partie !
  Le Prophète, salla Allah aleyhi wa sallam avait pour qualité de changer le nom des femmes de ses compagnons.
  -Comment tu t'appelles ?
  -Assia ! (désobéissante)
  -Plutôt Tai'a ! Tu es désormais Tai'a ! (obéissante)

Celui qui considère ses dires parmi ses actes, est déjà sauvé :

  Cher frère, en attribuant tes paroles à ton labeur, tu es sauvé ! 

(( Le serviteur prononce des mots insensés auxquels il ne prête pas attention qui le précipitent dans la Géhenne soixante-dix automnes.))

d'après A'Tirmithi.

  Il faut considérer tes paroles une partie de ton labeur. -Espèce de  sot ! - Un mot dur que le professeur jette à la figure de l'élève, dans un moment de colère, laisse une cicatrice qui peut durer dix ans, des complexes s'ensuivent qui rendent son moral à zéro. Ton comportement est faux. Habitue-toi à dire des mots aimables, contrôlés. Plus le niveau de l'échange est de haute tenue à la maison, plus le niveau intellectuel des enfants progresse. Si tu veilles à ce que les copains de ton fils soient bien choisis polis et éduqués, et si tu trouves un collège où le langage vulgaire est prohibé, à ce moment-là, on peut assurer que tu as réussi l'éducation de tes enfants.

(( Celui qui  adhère à la mécréance, est ressuscité avec les mécréants, sa science ne lui sert à rien.))

d'après Jaber Ibn Abed Allah.

  On s'expose à des critiques cuisantes, à un dialogue indécent, à une littérature vile, à des anecdotes sexuelles. Ces dernières sont consacrées aux immoraux, aux égarés d'Allah, Exalté Soit-Il. Si par hasard tu écoutes une anecdote lourde, tu ne dois pas en rire. De cette façon tu auras donné à celui qui l'a dite une leçon inoubliable.
  Une certaine fois, j'étais dans une réunion importante, un des présents a balancé une mauvaise blague. Tous les assistants ont ri, à part moi. À la sortie, celui qui a raconté la blague m'a suivi : -Vous voulez quelque chose ? m'a-t-il demandé. –Merci, lui ai-je rétorqué sèchement. Ainsi, je lui ai démontré que je désapprouvais son indécence !

Les mots émis par le fils reflètent les paroles de son père :

  Ton fils t'appartient. Éduque-le noblement, apprends-lui un vocabulaire de premier choix, poli, sérieux et courtois. Dis-lui de trier ses termes, à la manière Du Coran :

((si vous avez touché à des femmes)), ((et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse))  

((7. alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs)).

  Revois La Sunnah, ''ces vêtements décrivent le volume de tes os'', il t'est donné de dire un langage distingué et ne blesser personne.
  La troisième leçon de l'éducation sociale : les paroles que le fils prononce reflète le vocabulaire du père.
  En d'autres termes, les réservoirs d'eau dans les voitures ont une fente en haut, et un robinet en bas, ce qu'on met dedans, on l'extrait du robinet. Le réservoir représente le vocabulaire qu'acquiert l'enfant de ses copains du quartier, ou de ses parents à la maison. Le lexique acquis dans la famille, il le répète autour de lui. Ne t'attends pas à ce que ton fils suive les préceptes  de la bienséance, alors que tu lui a permis de suivre à la télévision des spectacles de débauche qui déplaisent à Allah Exalté Soit-Il .

Les points cruciaux de l'éducation sociale relative aux enfants consiste à leur apprendre la probité et la sincérité :

  L'enfant est précieux, plus encore l'enfant bien éduqué. Cette troisième rencontre traitant de l'éducation sociale, est étroitement liée au langage bien approprié, utilisé dans une maison respectable. Là, on ne ment pas, on ne vole pas, on ne prononce pas de paroles inappropriées et incorrectes. Les points éminents de l'éducation sociale se rapportant aux petits, consiste à leur apprendre la sincérité, la probité et le langage trié.

((O,roi, on était une tribu ignorante, qui adorait les statues, mangeait les bêtes crevées, rompait les liens de parenté, s'adonnait à la fornication, maltraitait le voisinage, le puissant parmi nous écrasait le faible, jusqu'à ce qu'Allah, Exalté Soit-Il nous ait envoyé parmi nous un prophète dont on connaît la descendance et la probité, la vertu et la chasteté. Il nous a sermonnés d'obéir à Allah, Exalté Soit-Il afin de croire en Son Unicité et de L'adorer, et abandonner les pierres et les statues que nos pères et nous adorions, IL nous a sermonnés de dire la vérité, de rendre ce qui ne nous appartient pas, de rétablir les liens de parenté, de traiter en bien le voisinage, et de cesser d'accomplir les choses illicites et de verser le sang.)) 

d'après Oum Salama.

  Alors, mes honorables frères, soyez sûrs que le lexique employé par vous lors des rencontres, des soirées, des célébrations, des visites, et des promenades, s'il est contrôlé, servira d’exemple aux enfants qui seront bien corrects et disciplinés dans leurs paroles.

Langues Disponibles

Masquer l'image